Articles de presse

Interviews

Radios

france-bleuInterview sur Radio-Bleue à propos de mon roman Mortelle Renaissance, présenté à la fête de la Renaissance de Villeneuve-Loubet, le 25 juin 2O1.


Journaux

Var-Matin

Article dans VAR-MATIN sur le salon du livre de Saint-Maximin et les auteurs présents le 25 juillet 2013.


Nice-Matin

Interview de Nice-Matin à propos de Mortelle Renaissance, parue le 31/07/2014.

nice-matin-georges-vigreuxReproduction ci-dessous de l’interview:

« Mortelle renaissance » le livre flash de Georges Vigreux

Un livre dans une main, un téléphone portable dans l’autre, le lecteur se met dans la peau de l’enquêteur.
« Mortelle renaissance » de Georges Vigreux offre la possibilité au public de prendre part à l’histoire.
« En début de chapitre, j’ai instauré des QR codes. Les lecteurs les scannent avec leurs téléphones et prennent part à l’enquête, dévoile l’auteur. Ces codes donnent vie au livre, mais si le lecteur préfère ne pas en tenir compte il ne sera pas perdu. C’est un enrichissement facultatif ».

L’histoire offre une plongée au cœur de la fête de la Renaissance, dans le village de Villeneuve- Loubet. Un jeune garçon se lance dans une enquête où fantastique et suspense se mêlent. « Quand je suis arrivé, il y a six ans, dans le village j’ai été fasciné par cette fête. Elle m’a beaucoup inspiré », confie Georges Vigreux.
L’auteur commence à écrire pendant ses études. Petit fils de Maurice Guierre – prix Renaissance en 1942 – il tente sa chance auprès des cinémas.
Sans succès. Il abandonne.
Il lui faudra près de trente ans pour s’y remettre et revenir avec un nouveau livre : Princesse des dauphins.
« Aujourd’hui je fais tout moi-même. Le site Web, la couverture du livre et évidemment j’écris soit pendant ma pause déjeuner soit tard le soir. J’ai également fondé ma propre maison d’édition. C’est l’occasion de publier d’autres auteurs en devenir. J’ai aussi la chance de connaître du monde dans l’édition, glisse-t-il sans forfanterie. Mes amis me corrigent, me relisent et moi j’ai juste à trouver une imprimerie ».
Une aventure que l’on peut suivre avec lui sur sa page Facebook.

CHLOÉ NICOLAS