Genesis

Couverture du roman GenesisGénesis

Auteur : Bernard Beckett, traduit par Laetitia Devaux
Année de parution : 2010
Catégorie : Science-Fiction
Maison d’édition : Gallimard Jeunesse
ISBN : 978-2-07-062209-2
Prix Sorcières 2010


 

C’est ma fille Karine (qui présente ses propres avis de lectures) qui m’a fait découvrir ce superbe libre, si original. L’intrigue se présente sous la forme d’un examen d’oral que subit une jeune femme face à trois examinateurs. Le sujet de l’examen est l’étude d’un homme ayant bravé tous les interdits et qui a provoqué l’émergence d’une nouvelle société, rien de moins ! La civilisation humaine a été décimée par de mystérieuses épidémies et les survivants ont créé une nouvelle forme de démocratie sur une île totalement isolée du reste du monde. La philosophie est omniprésente dans ce récit, mais sans jamais devenir barbante.

Mon ressenti

Ma fille m’avait prévenu que la fin était très surprenante et totalement imprévisible et j’avoue avoir essayé en vain de la deviner. Le scénario est très subtil. Les informations cruciales ne sont délivrées qu’au compte gouttes. Du coup, le suspense se crée très rapidement, même si le roman ne comporte que très peu d’actions. Ne vous attendez pas à des vaisseaux spatiaux, des aliens ou des monstres issus d’univers improbables. On est ici dans une science-fiction qui s’attache surtout à l’origine de l’intelligence, à la découverte de ce qui différencie l’homme de l’animal ou de la machine. Moi-même très fan de tout ce qui touche à ces thèmes, j’ai plongé dans le récit. Si l’intrigue est très bien construite et les réflexions philosophiques parfaitement présentées, j’ai fini par réaliser que les personnages restaient un peu creux, comme s’ils manquaient de caractère, de personnalité (mais quand on connait la fin, on comprend pourquoi…). Du coup, je ne mettrai qu’un 3/5 sur cet aspect du roman, par ailleurs excellent, mais c’est parce que je me souviens de certains romans d’Arthur Clarke par exemple où les personnages sont nettement plus vivants (i.e. Rendez-vous avec Rama).

Le style de narration

Le récit est présenté comme une retranscription de dialogues entre plusieurs personnages. Du coup, on est placé comme un spectateur assistant à un procès et je trouve cela assez génial comme idée, car cela nous oblige à évaluer les arguments de chacun et à « compter les coups ». On se demande à chaque réplique : « mais pourquoi répond-elle cela ?« , ou bien « Comment va-t-elle réagir à cet argument ?« .

C’est très malin et très efficace. Je garde cela sous le coude pour m’en servir un jour 😉

Le personnage central, une jeune femme appelée Anax, a une personnalité bien détaillée mais ses sentiments restent un peu trop cachés (normal : elle essaie de ne pas les montrer aux examinateurs). Le problème, c’est qu’une personne qui n’a ni peur, ni colère, ni rêve, a bien du mal à provoquer l’empathie. (Vous savez : dans un scénario, on met souvent le héros en situation de difficulté pour que le lecteur ou le spectateur s’identifie à lui). Pour les examinateurs, c’est pire : on ne sait pas qui ils sont (et pour cause : cela fait partie de la surprise finale !) et encore moins ce qu’ils pensent.

L’écriture est fluide et simple à lire. Les mots sont justes et précis. Beau travail de narration, mais encore une fois, manque de profondeur des personnages. Cela conviendra à des adolescents mais manquera un peu de profondeur et de réalisme pour les lecteurs plus matures. Donc, note : 4/5.

La structure

La progression vers la connaissance finale est très bien cadencée. Tout reste parfaitement logique et plausible jusqu’à la fin et on se demande comment on n’a pas pu trouver la chute soi-même, avant qu’elle ne soit révélée. J’applaudis des deux mains et, m’asseyant sur mes fesses, je fais de même des deux pieds ! (petite blagounette, mais si vous lisez le livre, vous en comprendrez le sens caché 😉

Ma note pour  la construction de ce récit palpitant et très intelligemment construit : 5/5.
Ressenti : note 3/5
Style : 4/5
Structure : note 5/5
Note globale : 12/15
CF : notation des critiques

Laisser un commentaire