Archives de catégorie : Les dauphins

Articles sur les dauphins et les cétacés

Les parcs aquatiques

dauphins-banniere

delphinariumParfois appelés « delphinariums » ou « zoos marins », ils font la « joie des petits et des grands », comme le disent souvent les publicités. Et ce ne sont pas les dauphins ou les orques qui iront se plaindre… vu qu’ils ne parlent pas !

Si le dauphin semble sourire aux enfants, ce n’est pas parce qu’il est heureux mais parce que son corps a été conçu ainsi, pour ouvrir sa gueule plus aisément le long de son corps. S’il vient jouer avec sa dresseuse, moulée de façon sexy dans sa combinaison, ce n’est pas parce qu’il l’aime, mais pour manger et tromper l’ennui mortel de rester enfermé tous les jours de sa vie dans un bassin.

Faisons tomber quelques idées reçues :

Non, les parcs aquatiques ne permettent pas l’étude des dauphins. Cela fait belle lurette que les scientifiques connaissent dans le détail l’anatomie de ces animaux et il existe des centres qui étudient, soignent mais surtout relâchent ensuite les dauphins concernés.

Non, les parcs ne soignent pas les dauphins ou les orques : en captivité, un dauphin vit en moyenne 10 à 15 ans, contre 50 ans en liberté… Dans les bassins, les cétacés sont gavés d’antibiotiques afin de survivre à leurs conditions d’hygiène difficiles.

Non, le dauphin ne sourit pas de bonheur dans son bassin : en liberté, cet animal sociable parcourt avec sa famille un territoire supérieur à 100 kilomètres, au lieu de tourner en rond pendant des heures dans son bassin de béton qui lui renvoie dans le crâne tous les sifflements qu’il émet…

Non, aller dans un parc ne permettra pas à vos bambins de découvrir la faune marine. Tout au plus, ils verront les cabrioles de l’animal et s’amuseront de ses cris. La vie d’un dauphin libre est autrement plus riche ! Allez faire un tour en mer et vous en ramènerez de bien meilleurs souvenirs.

Non, je ne suis pas un fanatique de la cause des dauphins.
Pas encore en tous cas ? J’ai juste pris conscience de mon erreur, après avoir moi aussi mis les pieds au Marineland d’Antibes. Maintenant, je sais… C’est même pour cela que j’ai écrit Princesse des Dauphins : pour que mes lecteurs prennent à leur tour conscience de tout ce que nous ratons d’émotions et de connaissances pour ne pas encore savoir communiquer avec ces animaux merveilleux.

Cela vous embête de lire cela ?
On peut en discuter… Les commentaires sont là pour cela.

L’intelligence des dauphins

dauphins-bannierecerveaux-300x130Les dauphins ont un cerveau très semblable au notre et même un peu plus grand. Surtout, il comporte beaucoup plus de circonvolutions et a eu beaucoup plus de temps (30 millions d’années) pour s’adapter que notre cerveau humain (160 000 ans).

Quelle est l’intelligence du dauphin ?

Pour répondre à cette question, il faut avant tout essayer de ne pas toujours tout comparer par rapport à notre intelligence. Ainsi, nous avons accumulé du savoir en le consignant par écrit, parce que nous avons une main pour tenir le stylo !
Le dauphin sait aussi transmettre son savoir à ses proches et à ses descendants mais n’a nul besoin d’écrire pour se souvenir. On a par exemple vu des dauphins aider des pêcheurs à rabattre des poissons vers leurs filets, pour ensuite venir se servir directement, s’épargnant ainsi toute fatigue inutile. On sait aussi qu’il est capable de sélectionner certaines algues ou faire un régime spécifique pour soigner ses maladies.

Le dauphin ne construit pas de « maison », comme les hommes et ne risque donc pas de nous laisser des monuments historiques ! Mais à quoi bon construire un abri quand on possède un cerveau qui ne dort que par moitié et qui permet ainsi de vagabonder librement d’un bout à l’autre de la planète ?

Le dauphin voit parfaitement, hors de l’eau, mais aussi dans l’eau. Alors que notre vue est trouble sous la mer, il dispose en plus d’un sonar qui lui permet de repérer ses proies même sans lumière, mais qui peut aussi (on s’en est rendu compte) scanner l’intérieur d’un corps humain et percevoir son état !

Le dauphin entend très, très bien. Trop même car il souffre des effets des sonars utilisés par les bateaux dans l’eau et qui sont très probablement l’une des causes principales qui poussent parfois des dauphins à s’échouer sur le rivage (une hypothèse récente indique que les ondes sismiques émises juste avant un tremblement de terre peuvent aussi perturber ces animaux).

Le son va quatre fois plus vite dans l’eau que dans l’air. Chouette ! Le dauphin en profite pour émettre des sons dans les tons aigus ou graves, que nous ne sommes souvent même pas capables d’entendre sans l’aide d’un appareil… Et les cétacés se comprennent entre eux : on a déjà vu un dauphin venir à l’aide des hommes pour sortir d’un chenal des baleines qui s’y étaient échouées !

Le dauphin éprouve des sentiments. En plus des émotions, il a conscience de lui-même (comme l’a maintes fois prouvé le fameux test du miroir) mais également de la mort. Lorsqu’un bébé dauphin meurt, sa maman mais aussi le groupe auquel il appartient, peuvent maintenir le petit décédé en surface et le pleurer durant plusieurs heures, voire plusieurs jours…

Le dauphin est sociable et vient souvent de lui-même au contact des humains, cherchant à communiquer avec lui. Lorsqu’il se retrouve, bien malgré lui, enfermé à vie dans un de ces stupides parcs aquatiques, il cherche encore à jouer et n’a pas besoin d’un dressage trop compliqué pour comprendre des dizaines de tours que d’autres animaux seraient bien incapables d’exécuter.

Les dauphins savent reconnaître des mots, aller rechercher un objet précis ou mémoriser une succession d’ordres. Les militaires ont bien compris tout l’intérêt de ces braves animaux et gardent secrètement leurs découvertes. Il paraitrait même qu’un chercheur aurait réussi à créer pour eux un appareil permettant de dialoguer avec les dauphins. Mais, chut ! C’est top secret ?

Pour moi, il est probable que le dauphin utilise plutôt des images pour communiquer. Quand on dispose d’un sonar capable d’émettre aussi vite des tas d’informations, rien de plus pratique que d’envoyer une image de ce que l’on souhaite décrire ! Si mon hypothèse est vraie, cela expliquerait aussi nos difficultés à communiquer avec lui : notre langage est bien trop frustre !

Pour toutes ces raisons (mais aussi pour beaucoup d’autres que nous découvrirons dans ces pages), le dauphin mérite que nous lui accordions beaucoup plus de respect et d’attention que nous ne le faisons aujourd’hui. L’Inde l’a bien compris et lui a accordé un statut différent de celui de simple animal. Dans ce pays, le dauphin est maintenant une « personne non humaine » et il est strictement interdit de le chasser. N’est-ce pas, messieurs les japonais ?

Et vous ? Que pensez-vous de leur intelligence ? Avez-vous un témoignage vécu qui apporterait des preuves de leurs capacités ?