Démarrage activité formateur

Accueil Forums Forum des lecteurs Démarrage activité formateur

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #989
    Jimi
    Participant

    Bonjour

    Ayant un projet de me lancer en tant que formateur sur la
    région midi pyrenees, je me permets de vous écrire pour un
    conseil au démarrage.
    En effet, suite à la lecture de votre livre « devenir formateur
    indépendant », pour lequel je me suis passionné, j aurais
    besoin de savoir si au début de ce métier il est plutôt conseillé
    de démarrer en tant que salarié ou en tant qu independant ?

    Cordialement

    Jean Michel Viguier

    #990
    JF42
    Participant

    Bonjour,
    Cela dépend du domaine.
    Dans le domaine de la bureautique (par exemple) il est très difficile d’être salarié, les organismes de formations font appel à des prestataires externes …
    Cordialement,
    JF

    #991
    Georges Vigreux
    Admin bbPress

    J’abonde à ce que dit JF42. Un formateur salarié ne sera rentable pour l’entreprise que si ses prestations peuvent être vendues avec une confortable marge, ce qui ne peut plus être le cas en bureautique (sauf rares exceptions).

    Vous parlez du « début de ce métier« … Mais quel est réellement votre projet ? Être salarié, c’est espérer avoir une certaine sécurité de l’emploi, mais pour un salaire toujours identique.
    Vous pouvez être formateur, non pas au sein d’un centre de formation (peu demandeur), mais plutôt dans une grande entreprise, secteur des Ressources Humaines. On ne parle plus de « formateur » mais de « conseiller pédagogique » ou de « responsable de formation en entreprise ». Pour être à la mode, vous pourrez faire du « digital learning » !
    Si par contre vous voulez être votre propre patron, aller d’un client à l’autre, monter à terme votre propre centre de formation (ce sera le thème d’un de mes prochains livres), alors vous préfèrerez vous lancer à votre compte… avec les risques que cela comporte.
    Mais, comme disait ma grand-mère : « on n’a rien sans rien… »

    Dans un premier temps, il vous faudra probablement travailler en sous-traitance, acquérir « de la bouteille », forger vos armes pédagogiques, récolter quelques cartes de visite…
    Le marché est en pleine crise. Il vous faudra nouer des partenariats, vous orienter vers des outils modernes tels que le e-learning, bien connaître quels marchés sont porteurs, etc.

    Deux projets très différents l’un de l’autre (mais rien ne vous empêche de passer de l’un à l’autre).
    Personnellement, je suis redevenu salarié depuis 8 ans, mais je commence sérieusement à regretter cette relative sécurité salariale car je plafonne dans mes possibilités de revenus et, surtout, je m’ennuie ferme !
    Le but de sa vie professionnelle n’est-il pas de s’épanouir dans son travail ?

    La question n’est pas donc de vous faire conseiller sur « par quel côté commencer », mais de faire un peu d’intériorisation et de vous demander ce que, vous, vous voulez réellement faire et si vous êtes prêt à en prendre le risque 😉

    #992
    JF42
    Participant

    Bonsoir Georges,
    Toujours de très bons conseils, merci !
    De mon coté c’est l’inverse : suite à un licenciement économique je suis passé de salarié à du portage salarial.
    Je ne peux que confirmer que le marché (l’emploi) est en pleine crise, les tarifs sont ultras bas.
    Pour une formation en bureautique (en province) on offre un PC (entrée de gamme à 300 euros prix public) pour attirer le client ….
    On paye le formateur 200 euros TTC la journée …
    J’aurai surement des questions et je reviendrai sur le blog.
    A bientôt.
    JF

    #993
    Jimi
    Participant

    Je comprends bien la nuance entre le côté sécurité salarié et le côté independant moins lisible mais offrant plus de liberté.
    Pour être plus précis, je travaille en banque depuis plus de 13 ans, ayant gère des particuliers, des agriculteurs et des professionnels (artisan, commerçant, PME et grosses entreprises), je m aperçois de plus en plus que les clients ont »soif » de conseil et d accompagnement.
    Je souhaite donc devenir formateur en vente, mais aussi en accompagnement d entreprise, c est à dire expliquer les solutions possibles pour se developper mais aussi à savoir gérer des périodes difficiles et connaître les solutions pour rebondir
    Bref, je suis plutôt orienté à m installer en tant qu independant, ma question à pour but d éviter certain piège de départ
    Merci beaucoup de vos réponses

    #994
    Georges Vigreux
    Admin bbPress

    De rien, cela a été un plaisir.
    A vous lire, je me demande si vous ne pourriez pas plutôt vous orienter vers de la consultance, plutôt que de la formation. Si vous avez une expertise dans ce domaine, vous pourriez tout à fait proposer des prestations de conseil en entreprise (un marché nettement moins en crise en ce moment…).

    Un expert en conseil peut parfois se faire rémunérer plus de 1000 € la journée (je parle d’un cas que je connais dans le domaine du recouvrement).

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.